Dernières critiques





8 janvier 2016

Critique #18 : Les cœurs brisés — Le mien l'est, c'est sûr


Les cœurs brisés
(Les cœurs brisés #1)

AMELA KAHANEY

Robert Laffont, 12 février 2015

Amazon / Booknode


Fille d'un magnat de l'immobilier, Anthem Fleet est une ballerine accomplie. Elle est promise à un avenir radieux avec son petit ami Will, également fils de l'aristocratie de Bedlam, ville ou le luxe ostentatoire contraste avec la misère des quartiers pauvres gangrenés par la puissante mafia du Syndicat. C'est à la croisée de ces deux mondes que la vie d'Anthem bascule, lorsqu'elle rencontre au cours d'une rave illicite le romantique et sulfureux Gavin. Anthem vit leur liaison comme un rêve éveillé, jusqu'à ce que Gavin soit kidnappé par le Syndicat... et qu'Anthem perde la vie.
La jeune fille se réveille alors dans un laboratoire clandestin avec un nouveau cœur bionique qui lui confère des capacités extraordinaires.




Ce livre me tentait depuis déjà un bon moment. Encore un craquage, j’imagine. En lisant le résumé, je m’attends à une romance très présente et je l’espère, bien construite, avec un contexte riche. Le coup du cœur mécanique, ça me tente bien !

Une fois n’est pas coutume, je pensais que j’allais aimer… et en fait non.

Anthem est une jeune femme naïve au possible, stupide, qui a grandi avec une cuillère en or dans la bouche et un coussin en soie sous les fesses. Elle m’a déplue. Dès les premières lignes, impossible d’apprécier cette cruche.
Anthem est accompagnée d’une tripotée de personnages secondaires plutôt transparents et peu convaincants. En dehors de Gavin, qui joue son rôle à merveille. Les autres n’étaient vraiment pas crédibles à mes yeux. Même Ford, qui est censé être plus sympathique encore. Eh bien, il est médiocre. Will dans le genre n’est pas mal du tout, comprenez-moi, un personnage crédible et pertinent, wahou !
Bon après, il a fallu que ça soit lui…

J’attendais un contexte riche et construit, ce n’est absolument pas le cas. C’est juste un contexte « prétexte ». On met ce qu’il faut pour justifier toutes les vilaines misères d’Anthem et basta. C’est dommage, ça aurait pu être mieux. Et ça empire au fil des pages, on navigue entre des événements et des retournements de situations plus prévisibles et plus grotesques les uns des autres. Totalement invraisemblable.
La romance entre l’héroïne et Gavin est assez amusante. J’ose espérer que le sentiment de fausseté auteur d’eux est délibéré, étant donné le niveau de naïveté global du livre, je peux légitimement me poser la question.
Le pompon pour moi, c’est l’Après cœur-artificiel. C’est tellement exagéré que j’ai bien failli décrocher à ce moment-là. Pour tout vous dire, j’avais mis le livre de côté et je me demandais vraiment si j’allais continuer à lire… Et je l’ai fini, chose incroyable.



— Pour ceux qui ont aimé, il y a une suite.

— Personnages superficiels.

— Intrigue trop prévisible et farfelue.

— Énormes longueurs dans la narration.

— Aucun suspense.


Je n’aurais pas cru éprouvé une telle déception avec ce roman. C’est comme une violente baffe. À aucun moment le récit n’a été immersif, les personnages sont trop détachés et manque cruellement de crédibilité et l’enrobage est de bien piètre qualité.
Je ne peux pas recommander ce livre, à qui que ce soit, dans le genre et autour de ce thème, il y a vraiment beaucoup mieux.



Amère déception



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire