Dernières critiques





18 mars 2016

Critique #42 : Let the Sky Fall — Ça va souffler...


Let the Sky Fall
(Let the Sky Fall #1)

SHANNON MESSENGER

Lumen, 4 juin 2015

Amazon / Booknode


Personne ne s'explique que Vane Weston ait pu survivre, enfant, à l'ouragan qui a tué ses parents. À son réveil, étendu parmi les débris laissés par le passage de la tempête, il n'avait pas le moindre souvenir de son passé – à l'exception du beau visage d'une fillette ballotée par les vents. Malgré les années qui passent, elle rend de temps en temps visite en rêve au jeune homme, qui s'accroche à l'espoir qu'elle ne soit pas qu'un fantôme.

Il ne croit pas si bien dire. L'inconnue, Audra, est un être de chair et de sang, mais elle n'a rien d'humain. C'est une sylphe, une créature liée au vent, qu'elle sait manipuler pour voler dans les airs, transmettre des messages ou livrer bataille. Sa mission ? Le protéger. Malheureusement, l'histoire se répète : une maladresse et Audra révèle à leur pire ennemi l'existence de Vane. Celle qui vient peut-être de causer sa mort est aussi son seul espoir de survie : le jeune homme n'a que quelques jours pour comprendre qui il est vraiment ou c'est la mort qui l'attend.

Les nuages s'amassent à l'horizon, et un vent mauvais balaie les sables du désert... Survivront-ils à l'orage qui se lève à l'horizon ? Retrouvez la patte unique de Shannon Messenger, de dialogues malicieux en scènes d'affrontements homériques, pour une histoire fantastique où brille une fois encore son immense inventivité.




D’ordinaire, je ne suis pas vraiment attirée par ce genre de récit. J’ai très peu de livres qui virent du côté fantasy, je suis plutôt SF. Mais d’abord, il y a le fait que ce soit proposé par Lumen et comme je l’ai déjà dit dans une autre critique, en général, j’aime beaucoup ce que propose cette maison d’édition. Et puis, en furetant un peu sur internet, j’ai lu d’excellents avis sur cette série, et ça a fini de me convaincre.

J’aime la construction du roman. Des chapitres courts et efficaces, au présent et à la première personne, en alternance entre Audra et Vane, même si c’est Vane qui semble l’emporter sur les deux.

Vane est un jeune homme très drôle et très naturel, un poil gaffeur mais terriblement attachant. Le genre à se lier d’amitié avec n’importe qui tant il est accessible et amical. Il pense qu’il est fou parce qu’il rêve de la même fille depuis des années, une fille dont il a fini par tomber amoureux sans jamais l’avoir rencontrée. Et puis, c’est aussi l’unique rescapé d’un terrible ouragan qui a ravagé la ville où il vivait avec ses parents lorsqu’il était petit. Il ne se rappelle pas grand-chose mais vit plutôt bien avec. En somme, il vit sa petite vie tranquille et ne demande qu’à faire comme tous les autres ados de son âge : réussir en cours et avoir une petite amie, pas forcément dans cet ordre d’ailleurs.
Mais voilà, Audra ne l’entend pas de cette oreille-là. Audra, la fille qui hante les rêves de Vane depuis tant d’années et qui finit par bouleverser la vie du jeune homme. Un vilain caractère celle-là, dévouée à sa tâche, certes, mais quelle tête de mule ! On ne peut pas dire qu’elle soit douée pour les relations sociales et devant Vane, fidèle à lui-même, elle va perdre son sang-froid plus d’une fois, au point de remettre en doute son rôle de Gardienne. Parce que oui, à la base, c’est quand même ça le rôle d’Audra, veiller sur Vane et faire en sorte qu’il ne lui arrive rien, au risque de le faire passer pour un fou.
Le duo fonctionne bien et certaines scènes m’ont arrachée un rire, cela dit, Audra n’est vraiment pas la plus attachante des deux et ma sympathie va toute entière à Vane.
Il y a bien d’autres personnages secondaires, comme Isaac, le meilleur ami, mais ils sont très en retrait, et je n’ai retenu que l’apparition un peu plus soutenue et finalement marquante de la mère d’Audra.
Cela étant, ce n’est pas dérangeant d’avoir peu de personnages secondaires dans la mesure où le roman est principalement centré sur Vane et Audra.

Du reste, l’histoire est vraiment pas mal. J’étais un peu dubitative sur les sylphes au début de ma lecture, mais en fait, c’est génial et l’univers est plutôt bien écrit. Il y a peut-être quelques passages un peu longs mais je pense que c’est inévitable par rapport à la situation dans laquelle se trouve Audra. Ça n’a rien d’exagéré et c’est même assez logique quand on voit le manque d’expérience de Vane. N’empêche que c’est frais, drôle et divertissant.



— Vane.

— L’univers original.

— Une narration fraîche et agréable.


Au final, j’ai beaucoup aimé ce livre. Je me suis très attachée à Vane et je trouve qu’il porte le roman à lui tout seul. L’histoire est originale et travaillée mais sans Vane, ça ne serait pas pareil. Audra apporte aussi son gros grain de sel mais elle est trop bornée et, du coup, pas très accessible. C’est dommage, j’espère que ce sera mieux dans le tome suivant, en tout cas, je recommande à tous. Qu’on n’aime ou qu’on n’aime pas le sous-genre, c’est une lecture de qualité.



C’est très bien parti !



1 commentaire:

  1. L'univers est original et Vane est hyper rafraichissant! J'ai adoré ce personnage! Audra est agacante...dans celui-là!

    RépondreSupprimer