Dernières critiques





16 mai 2016

Critique #66 : Ne me touche pas — Ou bien mets des gants


Ne me touche pas
(Insaisissable #1)

TAHAREH MAFI

Michel Lafon, 4 octobre 2012

Amazon / Booknode


Juliette est enfermée depuis 264 jours dans une forteresse pour un crime. Un accident. 264 jours sans parler. Ni toucher personne. Alors pourquoi Adam, celui qu'elle aime en secret depuis l'enfance vient-il partager se cellule ? Et pourquoi semble-t-il ignorer qui elle est ?

L'organisme tout-puissant qui régit le monde de Juliette n'hésite pas à tuer pour asservir le peuple. Mais ce que désire par-dessus tout Warner, le fils de son leader, c'est Juliette. La malédiction qui pèse sur la jeune fille est pour lui une arme inestimable.

Seulement Juliette n'a pas l'intention de se laisser faire. Après une vie de paria, elle trouve pour la première fois le courage de se battre et de rêver à un avenir avec celui qu'elle croyait avoir perdu pour toujours...




J’ai lu « Ne me touche pas » la première fois lors de sa sortie en anglais, ça commence donc à dater à petit peu et pour tout vous dire, je ne me rappelle pas grand-chose. Oui, je sais, j’ai une mémoire de poisson rouge. Dans tous les cas, c’est l’heure de s’y remettre, et en français cette fois !

Le roman est à la première personne, au présent. C’est d’ailleurs un style très particulier puisque Juliette nous raconte son… incarcération à sa manière, comme si elle écrivait dans un calepin, c’est d’ailleurs ce qu’elle fait. Mais la prison lui pèse, ça, et la solitude, et ça se ressent énormément dans ses phrases, le choix de ses mots, la façon dont elle pose les mots sur le papier. C’est original et intriguant.
Ah, et la VF est super !

Juliette, notre héroïne, est donc emprisonnée depuis près d’un an, après avoir passé plusieurs années à servir de cobaye, avant lesquelles elle a été tout simplement abandonnée par sa famille. C’est une jeune femme craintive, persuadée d’être un monstre et ayant un bon pied dans la dépression. Il faut laisser le temps au roman de démarrer, mais j’ai très vite apprécié Juliette, pour son franc-parler, pour sa fougue, pour sa folie. Elle est peut-être un peu dérangée au début mais loin d’être une idiote, et ça se sent tout de suite. C’est une super héroïne, qu’on a envie de suivre et d’encourager férocement.
Et pour que le déclic opère, il lui faudra rencontrer successivement Adam et Warner. Le premier est une vieille connaissance de classe, qui s’est fait passé pour un soldat pour pouvoir sauver Juliette. C’est d’ailleurs là que le bât blesse pour moi. Adam est éminemment gentil et costaud, et très protecteur. Trop. Dès le début, je n’ai pas réussi à le cerner et je n’arrive pas à me débarrasser de cette image de sauveur… un vrai Saint Bernard, sans le côté mignon. Enfin si, physiquement, il a du potentiel comme dirait l’autre, mais là n’est pas la question selon moi, c’est un personnage étouffant et un poil ennuyeux.
Quant à Warner, c’est la brise fraîche de bord de mer sous une canicule à 39 °C. Autrement dit : mon sauveur. Qu’on se comprenne, c’est le chef du secteur dans lequel vivent Juliette et Adam, c’est aussi le fils du Grand Patron. Donc une figure redoutée et autoritaire. Il est sérieusement barré, pour ne pas dire complètement fou, en plus d’être sadique. Mais ses motivations, bien que mauvaises, cela va de soi, sont bien plus intrigantes et émoustillantes que les paroles réconfortantes d’Adam et j’ai trouvé que cela contrebalançait à merveille la personnalité étouffante de ce dernier.
D’autres personnages font leur apparition, même timide, au fur et à mesure du roman et certains sont vraiment très attachants, mais chuuuuuut, je suis sure que vous prendrez autant de plaisir que moi à les découvrir. Si ce n’est pas déjà fait.

L’univers du roman est post-apocalyptique, intriguant sans être trop complexe. Juliette a été enfermée parce qu’elle fait souffrir (et plus encore) les gens qui la touchent, ce qui donne lieu à des scènes très intéressantes. L’Amérique est contrôlée par le Rétablissement, une sorte de mouvement politique militaire extrémiste, qui fourre les gens à l’usine, laisse les plus pauvres crever de faim et entend bien régner d’une main de fer. Et pour ça, Warner est un candidat idéal.
Il y a pas mal d’action, on peut dire qu’on ne s’ennuie pas et le roman se lit avec une aisance déconcertante. Il y a de tout, des scènes légères aux scènes plus sombres, et je ne m’étais pas attendue à un récit aussi bien construit et mené lors de ma première lecture.
La première chose qui m’a attirée dans le roman, c’est la façon dont Juliette nous raconte son histoire, puis je me suis mise à tourner les pages insatiablement jusqu’à une fin prévisible, mais fort intéressante.



— Juliette, un personnage principal attachant et profond.

— Warner, un vilain avec une personnalité très forte.

— Un récit haletant où on ne s’ennuie jamais.

— Une plume originale et accrocheuse.

— Adam, il a beau être un allié, je trouve que son personnage est un peu flou… et étouffant. C’est son mot-clé.


Ben voilà… un autre coup de cœur.
C’était très agréable, d’abord parce que les personnages sont très sympathiques, sauf un dont je ne citerai plus le nom alors que je suis arrivée à ce stade de ma critique. Ensuite parce que l’histoire est addictive, et enfin parce que l’auteure exploite divinement bien tout l’univers qu’elle a créé. Ça promet de très bonnes choses pour la suite, même si j’éprouve quelques réticences concernant les personnages secondaires, à voir tout de même.



Ça donne envie d'en lire plus !



9 commentaires:

  1. J'ai toute la saga dans ma pal ! Hâte de la découvrir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rhaaaa, tu ne vas pas le regretter, j'ai fini le dernier tome il y a peu, et je ne sais pas pourquoi j'ai attendu si longtemps... mais qu'est-ce que c'est bien !

      Supprimer
  2. Je l'ai dans ma pal mais j'avais vue beaucoup de mauvaise avis alors hésiter. Ta chronique ma redonne envie. Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est gentil ! J'espère que tu apprécieras autant que j'ai apprécié ;-)

      Supprimer
  3. Whaou j'ai très envie de découvrir cette saga :) Je pense en faire une priorité :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. AH ! Tu ne vas pas le regretter, c'est vraiment très bon, tout au long des trois tomes, et j'en retiens que du bon... c'est d'ailleurs très dur de passer à autre chose...

      Supprimer
    2. C'est pas évident de passer à autre chose quand on a tant aimé une saga ou un livre =/ Pour ma part j'ai eu une grosse panne de lecture après avoir lu le tome 3 des Chroniques Lunaires. J'étais rester coincée dans l'univers :)

      Supprimer
  4. Petit commentaire en plus pour dire que j'adore vraiment ton blog et que je m'abonne! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lol, merci à toi !
      (Ce n'est pas le livre qui va se vexer ! Ah ah !)

      Supprimer