Dernières critiques





20 mai 2016

Grand écran #4 — This is not a love story


Encore une fois, j’ai découvert le film avant le livre.
Ça commence à devenir une habitude chez moi, mais ça ne me gêne pas, j’arrive en général à bien faire la part des choses entre œuvre originale et adaptation. Le film a été une vraie surprise pour moi, à l’opposé de ce que l’on peut voir d’ordinaire dans les films pour ados qui parlent de cancer…
C’est insolent, drôle, dur et tout bonnement excellent.





Date de sortie au cinéma : 18 novembre 2015

Réalisateur : Alfonso Gomez-Rejon

Casting principal : Thomas Mann (II), Olivia Cooke, RJ Cyler, Nick Offerman, Connie Britton, Molly Shannon, Jon Bernthal, Katherine C. Hughes...

Fiche Allociné




Greg est un lycéen introverti, adepte de l’autodérision, qui compte bien finir son année de Terminale le plus discrètement possible. Il passe la plupart de son temps avec son seul ami, Earl, à refaire ses propres versions de grands films classiques. Mais sa volonté de passer inaperçu est mise à mal lorsque sa mère le force à revoir Rachel, une ancienne amie de maternelle atteinte de leucémie.







Avant toute chose, j’aimerais dire que le jeu des acteurs est tout bonnement incroyable. Thomas Mann est PARFAIT pour le rôle de Greg. Il l’incarne à merveille et j’ai été bluffée quand je l’ai vu, avec cette dégaine de geek, son look passe-partout et sa tête de winner... sans parler de ses répliques qui tuent.
RJ Cyler et Olivia Cooke ne sont pas mal non plus dans leurs rôles respectifs. Cyler a réussi à donner un peu plus de vivacité au personnage de Earl et Cooke incarne très bien la gentille Rachel, atteinte d’un cancer, l’alchimie se ressent vraiment à l’écran.

Le film est chapitré de la même manière que le livre, ce qui permet de garder certains repères par rapport à ce dernier. Des évènements ou personnages secondaires ont disparu au profit de certaines scènes, mais le résultat est tout à fait réussi, avec une mention spéciale pour les scènes avec Maman Greg, on peut essayer de garder son sérieux, mais ça ne marche pas longtemps…

Quant à la fin du film, je la préfère carrément au livre. Elle est bouleversante, tant sur les images que sur la musique. Elle peut-être un peu simplifiée par rapport à ce que Greg raconte dans son propre épilogue, mais pour moi, c’était ce qu’il y avait de mieux à faire. C’était beau, touchant et en même temps, prometteur.



Journal d'un loser


JESSE ANDREWS


10/18, 5 novembre 2015


Lire ma critique


Amazon / Booknode



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire