Dernières critiques





13 juillet 2016

Critique #83 : Le bonheur entre les lignes — Tout le monde a le droit à sa fin heureuse


Le bonheur entre les lignes

MATTHEW QUICK

Le livre de poche, 25 Mai 2016

Amazon / Booknode


Après un séjour en hôpital psychiatrique, Pat est de retour chez lui avec une philosophie de vie bien particulière : faire du sport, maigrir, et essayer d’être toujours d'humeur positive. Tout cela dans un seul but : reconquérir sa femme.

Un soir, chez un couple d’amis, il fait la connaissance de Tiffany, une jeune veuve dépressive qui semble avoir au moins autant de failles que lui. Malgré les réticences premières de Pat, ils concluent un marché : elle servira d’intermédiaire pour transmettre les lettres que Pat écrit à sa femme si celui-ci accepte de participer avec elle à une compétition de danse…




Depuis le temps que je l’attendais en français, je ne vais pas bouder mon plaisir. Comme beaucoup d’autres, j’ai d'abord découvert cette histoire en film, et j’ai adoré, alors j’ai naturellement foncé sur le roman, uniquement en anglais à l’époque. Ça fait quand même trois ans… je ne pensais plus qu’il arriverait en français et pourtant…

Déjà, au niveau de la traduction, je trouve que c’est plutôt réussi. Le traducteur a bien retranscrit le style de l’auteur, et les pensées, parfois chaotiques, de Pat. Le texte est au présent, à la première personne. Pat, notre héros, entreprend d’écrire un journal, suite à l’incident qui l’a séparé de sa femme, pour prouver à cette dernière qu’il est sur la bonne voie et qu’il peut devenir un « bon » mari.

Ah, c’est compliqué de parler de Pat. Parce qu’il a une personnalité très… virevoltante.
Il est têtu, borné et extrême. Il fait douze heures de sport par jour pour avoir un corps parfait, il va même jusqu’à courir avec un sac en plastique sur le dos pour suer plus. Il veut à tout prix avoir un beau corps pour sa femme, pour qu’elle soit fière de lui. C’est d’ailleurs son credo : faire tout ce qu’il est possible de faire pour reconquérir sa femme ; avoir un corps musclé et sexy, lire tous les livres que cette dernière conseille dans ses cours (elle est prof de littérature), se comporter en respectant une bienséance excessive… Bref, il veut devenir un gendre idéal, quitte à devenir quelqu’un d’autre.
Pat est naïf, drôle et vraiment très attachant. Sa maladie le rend très instable et fragile, et plus on avance dans l’histoire plus il se rend lui-même compte de sa fragilité, chose qu’il s’évertue à renier. C’est un grand adepte des fins heureuses, et il veut sa fin heureuse avec sa femme, coûte que coûte.
La famille de Pat est là pour l’aider, en toutes circonstances, et c’est vraiment touchant la façon dont sa mère, son frère et même son père (qui lui adresse pourtant à peine la parole) soutiennent Pat même lorsqu’il part en vrille. Ils doivent constamment composer avec le caractère impulsif et parfois incontrôlable de Pat mais essayent aussi tant bien que mal d’entretenir l’illusion dans laquelle s’est enfermé notre héros… et ça, c’est à la fois magnifique et très douloureux.
Mention spéciale pour le super psy de Pat, Cliff, un indien fan de football américain.
Et puis, je me dois de m’arrêter sur le personnage de Tiffany, celle qui va mettre le feu aux poudres. Une drôle de jeune veuve, tout aussi fracassée que Pat mais tout de même moins dangereuse. J’aime beaucoup Tiffany, elle est délirante, instable, caractérielle mais j’adore sa franchise et son impulsivité, sans parler de sa passion pour la danse, qui va abasourdir tout le monde.

En ce qui concerne l’histoire, je suis bien évidemment conquise.
En fait, je n’ai aucun reproche à faire. Je savais déjà dans l’ensemble ce qui allait se passer alors je n’ai pas eu de surprise, mais quand bien même, ce n’est pas l’objet du livre et sans avoir vu le film, on comprend assez rapidement quelle tournure va prendre le récit.
Non, ce qui est excellent c’est cette sensation d’être toujours sur le fil avec Pat ; c’est tous les non-dits qui le rongent et nous rongent par la même occasion ; c’est cette étrange relation avec Tiffany qui bouscule les préjugés du héros, sans parler de cette épouse dont on entend beaucoup parler mais dont on ne sait finalement pas grand-chose…
Le livre est bien écrit, rythmé et fluide. Je me suis très vite laissé entraîner par Pat et les autres et j’ai eu bien du mal à refermer le bouquin après.
Je n’utilise jamais ce terme parce que je trouve qu’il est surexploité, mais quand même, c’est une véritable leçon de vie, de tolérance, d’acceptation et d’amour. Avec juste la pointe d’humour qui fait craquer.



— Pat est vraiment un héros extraordinaire.

— Cliff, Tiffany…

— Une plume fluide et bougrement efficace.

— Une histoire magique et magnifique, et puis une belle fin.

— Une réflexion sur le couple, sur soi-même, sur ce que l’on attend de la vie et ce que l’on peut espérer en attendre…

— Suis pas fan du titre, la couverture n’est franchement pas jolie… et je n’ai pas eu de chance jusqu’au bout, car je suis tombée sur un livre où l’encre des trente dernières pages de droite a sérieusement bavé sur le texte, le rendant presque illisible… Et je ne parle pas des nombreuses fautes de mise en page présentes.


Ça m’a fait très plaisir de me remettre dans cette histoire et j’ai éprouvé le même pincement au cœur en refermant le livre, encore une fois…
Au risque de me répéter, Pat est un personnage attachant ; un brave type qui a besoin de guérir et de se trouver de nouveaux objectifs. Je ne lis pas énormément de roman de ce genre alors pour moi c’est rafraîchissant. Le livre se distingue clairement du film, ou plutôt l’inverse, mais chacun a quelque chose à offrir, quelque chose de différent selon ce que vous recherchez.
Je le conseille vivement, c’est un petit livre efficace qui donne le sourire, en plus d’apporter quelques réflexions intéressantes, sans jamais devenir lourd.



Un livre qui a tout pour plaire



1 commentaire: