Dernières critiques





30 juillet 2016

Critique #89 : La rébellion — La vérité enfin révélée...


La rébellion
(Yggdrasil #2)

MYRIAM CAILLONNEAU

Auto-publié, 2 juillet 2016

Amazon / Booknode


Nayla Kaertan est l'Espoir qui doit libérer la galaxie. Elle a sauvé Olima, sa planète, et assume désormais son rôle.
Elle comptait sur Dem pour l'aider dans cette tâche impossible, mais elle a découvert sa véritable identité et cette révélation a tout changé.
Alors que commence la guerre, le séduisant officier en second de la rébellion, Tiywan, lui offre amitié et amour, mais peut-elle se fier à lui ?
Guidée par Yggdrasil, ce lieu mystérieux où se joue le destin des mondes, Nayla conduit son armée de victoires en victoires. Pourtant, rien n'est joué dans cet univers où elle ne semble être qu'un pion manipulé par des forces supérieures.




Attention : Comme pour toutes les critiques de suite, les paragraphes qui suivent peuvent comporter des spoilers, uniquement pour les personnes n'ayant pas lu le tome précédent. Pour les autres, pas de panique, je n'ai rien mis de compromettant.

Il s’est écoulé quatre jours entre le moment où j’ai terminé ma lecture du premier tome, et celui où j’ai commencé la lecture du second. « La prophétie » était tellement bon, et « La rébellion » était tellement… à portée de main, que j’ai craqué.
Je n’en doutais pas mais, j’ai été une nouvelle fois conquise.

Je pense que le roman peut être globalement divisé en deux parties. Dans la première, il est beaucoup question de Dem, afin de répondre à de nombreuses interrogations, notamment : Comment ? Pourquoi ? Et maintenant ? Et puis la deuxième partie est un peu beaucoup plus rythmée, on fait un sacré bon en avant, sur tous les points. Enfin… j’ai adoré.

Donc, comme je l’espérais, et comme je m’y attendais même, le second tome embraye sur la découverte de la véritable identité de Dem, même si Nayla s’en doutait, bien sûr. Elle ne pouvait tout simplement pas accepter la vérité…
Dem est vraiment malmené tout du long du roman, enfin, cela dit, autant qu’un homme comme lui peut l’être. Dans tous les cas, ça le rend plus accessible et encore plus attachant. Maintenant, on a vraiment toutes les cartes en main avec lui, et je tremble à l’idée de ce qui pourrait encore lui arriver… Néanmoins, l’évolution du personnage va dans le bon sens, et ce n’était vraiment pas gagné compte tenu des épreuves qu’il traverse et qu’il doit encore traverser.
Pour Nayla, c’est plus compliqué. La vérité est douloureuse et traîtresse. Elle doit composer avec Dem, ce qu’il a été, ce qu’il a fait, ce qu’il est ; continuer à diriger la rébellion dans la foulée et faire en sorte que tout ce beau monde s’organise et respecte un minimum de hiérarchie tout en restant dans l’optique de libérer les peuple soumis par Dieu (et accessoirement Le rayer de la carte). J’ai senti que Nayla succombait d’abord à une certaine forme de… régression, comme lorsqu’on s’emmitoufle dans sa couette pour se réconforter – d'ailleurs, on peut dire que cela touche aussi Dem. Encore une fois, son jeune âge et son manque d’expérience vont terriblement la faire souffrir et l’exposer à toutes sortes de manipulations. Heureusement, Nayla n’est pas seule, jamais, et ses alliés vont se montrer forts et loyaux. Et puis, rien de tel qu’un bon coup de pied aux fesses pour se remettre d’aplomb.
Certaines têtes vont tomber… tandis que d’autres vont se révéler.

Comme je l’ai dit, avec ce roman en deux phases, il est probable que certains lecteurs auront du mal dans la première partie, d’autant qu’on sent que ça peut piétiner un peu à certains moment. Mais selon moi, ça reste un passage obligé pour Nayla et les autres, afin de mieux, disons, appréhender les événements à venir.
Autrement, et pour ne pas changer, je n’ai rien de négatif à souligner, tant j’ai aimé ma lecture. Je ne me suis pas sentie lésée par cette première moitié un peu plus lente, au contraire, j’ai tout particulièrement apprécié la partie réservé à Dem. C’était PARFAIT. Je l’attendais, c’est arrivé : MERCI !
Ici aussi, je suis passée par tout un florilège d’émotions allant de l’angoisse qui tiraille le ventre, à la haine froide en passant par la joie et les papillons dans le ventre.
La deuxième moitié, plus riche en action, mettra à mon sens tout le monde d’accord.
Il n’y a plus qu’à savourer cette fin et à se damner en attendant la suite…



— L’évolution de nos deux héros. Sur tous les plans… *sifflote*

— C’est tout bon, en fait…

— La couverture magnifique.


J’ai encore beaucoup souffert avec ce livre, mais de la bonne souffrance, celle qui explose dans le cerveau et fait palpiter le cœur. Quelle torture…
C’est vrai, j’ai eu l’impression d’en baver autant que les personnages. Si c’est possible, j’aime encore plus Nayla et Dem. J’apprécie également tous les autres personnages, sauf deux ou trois que j’ai houspillés verbalement à plusieurs reprises. J’aime la direction que prend l’histoire et tous les choix opérés par l’auteure.
Comme d’habitude, j’ai l’air d’une droguée qui n’a pas eu sa dose… Et j’attends bien évidemment la suite de pied ferme. Je prends mon mal en patience…
(Rho, j’ai hâte de découvrir la couverture du dernier tome… rho la la, oui…)

En attendant, je donne mon super feu vert pour cette suite, foncez !



À la hauteur du premier, et même mieux... tiens, je vais le relire...



1 commentaire:

  1. Déjà rien que la couverture, c'est vendu, je suis convaincue XD
    Sérieusement, l'histoire à l'air vraiment pas mal, c'est à voir.. (plutôt à lire ^^)

    RépondreSupprimer