Dernières critiques





14 août 2016

Critique #92 : Séisme — Rien ne les arrête...


Séisme
(Pulsation #3)

PATRICK CARMAN

ADA, 2 avril 2016

Amazon / Booknode


En l'an 2051, l'amour peut déplacer des montagnes Faith Daniels et Dylan Gilmore possèdent un talent particulier appelé « la pulsation » : ils peuvent déplacer des objets par la pensée. Ils sont pris au milieu d'une guerre mortelle avec deux autres pulsations : Clara et Wade Quinn, qui se sont alliés à Hotspur Chance, l'homme le plus recherché du monde. Au début de Séisme, Faith et Dylan sont terrés dans un spectaculaire hôtel de montagne abandonné avec Hawk, leur ami Intel, et les dernier rôdeurs, parmi lesquels une fille qui a nouvellement éveillé son intérêt. Puis, une nuit, Hawk disparaît. Il projette de s'introduire dans l'État de l'Ouest pour y trouver des réponses pendant que Faith et Dylan poursuivent le combat à l'extérieur. Au cours d'une série de batailles épiques, ils découvrent un pouvoir encore plus vaste : celui de leur amour. Ensemble, ils pourraient bien être en mesure de sauver le monde grâce à un séisme assez puissant pour modifier le cours de l'histoire. Le dernier tome de la trilogie Pulsation constitue le point culminant de cette grande histoire dystopique d'amour et de vengeance.




Attention : Comme pour toutes les critiques de suite, les paragraphes qui suivent peuvent comporter des spoilers, uniquement pour les personnes n'ayant pas lu le tome précédent. Pour les autres, pas de panique, je n'ai rien mis de compromettant.

« Pulsation » a été un coup de cœur dès le premier tome. Je me suis attachée aux personnages dès les premiers chapitres et j’ai trouvé l’histoire originale et bien menée.
J’ai dû attendre un peu avant de me procurer le dernier tome, budget oblige, mais je l’ai dévoré avec le même enthousiasme que pour les deux premiers livres. Et en dehors d’un certain point qui m’a un peu chagrinée, c’était vraiment très bon.

Pour ce dernier tome, on suit exclusivement notre petit couple : Dylan et Faith. On n’a plus de POV d’autres personnages mais en même temps, le récit est bien rythmé comme ça donc ce n’est vraiment pas dérangeant.

Dans ce troisième et dernier opus, nos deux tourtereaux sont on ne peut plus soudés et mettent en commun leurs forces pour botter les fesses de Chance. J’aime beaucoup Dylan & Faith, ils sont terriblement attachants et l’évolution de leur relation a été parfaite sur toute la ligne.
En parlant d’évolution, Hawk a vraiment un rôle très important ici, encore plus qu’avant, et même si j’ai regretté qu’il ne soit pas plus présent, j’ai apprécié qu’il gagne en maturité et qu’il se mette à réagir comme Faith le ferait. Bon, je vous l’accorde, ça ne rime pas toujours avec « maturité » mais Hawk a finalement quelque chose à protéger, en dehors de ses amis, et ça lui donne énormément d’assurance et d’audace. C’est vraiment un super protagoniste.
Les jumeaux sont… fidèles à eux-mêmes. C’est dommage qu’ils soient si entêtés et quelque part, leur sort est un peu bâclé à mon goût, mais ils ont choisi une voie et décident de s’y maintenir jusqu’à la fin.
Quant à Hotspur, il va en faire baver, à nos héros, mais c’est donnant-donnant, et il ne faut vraiment pas chercher Faith…
On rencontre de nouveaux personnages dans cette fin, certains sont un peu plus mis en avant que d’autres et c’est un peu regrettable parce qu’ils auraient mérité un peu plus de pages chacun.
Je préfère m’arrêter là pour les personnages parce qu’il y a de bonnes révélations croustillantes là-dessus et c’est très plaisant à lire.

Niveau histoire, j’ai été très satisfaite de ce dernier tome.
On peut dire que l’auteur n’a pas perdu de temps et le récit est rythmé et fluide. Cela dit, j’ai eu l’impression qu’à certains moments, c’était un peu trop précipité, ça allait trop vite. D’ailleurs, ce livre est le plus court de la trilogie.
La tournure des évènements ne réserve pas de réelles surprises mais va dans la direction à laquelle on pouvait s’attendre et de ce point de vue-là, il n’y a rien à redire. Malgré tout, il m’a manqué des éléments importants pour vraiment clôturer l’histoire. La fin est légère et très ouverte, j’aurais aimé qu’on s’intéresse aussi… aux autres éléments autour des personnages principaux, parce que là, on ne peut même pas dire que c’est effleuré du bout des doigts, ce n’est tout simplement pas abordé. Et même vis-à-vis des personnages, c’est sympathique mais ça reste superficiel à mon goût. J’attendais un peu plus… et je suis restée sur ma faim.
Il y a tout de même un truc qu’on ne peut pas reprocher à ce roman, c’est l’humour qui reste présent tout du long sans casser la dynamique du livre. Des fois, j’ai pensé « mais quels boulets »… et j’ai bien ri.



— Un dernier tome à la hauteur de nos héros.

— Une trame qui répond aux attentes du lecteur.

— Encore cet humour décalé qui fait du bien…

— La fin est ratée. Le minimum est fait mais ça aurait pu être beaucoup mieux.


Bon, ben, c’est fini… Je reste sur un bon sentiment parce que j’ai aimé l’histoire, les personnages et l’univers mais comme je l’ai dit un peu plus haut, la fin m’a refroidie. Hormis cette conclusion expéditive, j’ai vraiment passé un bon moment sur ce livre, et plus globalement avec cette trilogie.
J’ai trouvé ça très original, très bien écrit et avec un humour particulier mais rafraîchissant.
J’espère revoir ça dans d’autres publications de cet auteur, en tout cas, je vais suivre ses prochains travaux avec curiosité.



Ça aurait pu mieux se terminer, mais c'est déjà pas mal du tout



1 commentaire:

  1. J'ai la trilogie dans ma PAL, j'ai hâte de la commencer :)
    C'est dommage que la fin ne soit pas géniale.. surtout pour un dernier tome =/

    RépondreSupprimer