Dernières critiques





10 septembre 2016

Critique #100 : L'héritier des Vêpres — Un petit chef d'œuvre MxM


L'héritier des Vêpres
(Les oiseux chanteurs #1)

L. S. BAIRD

MxM Bookmark, 20 mai 2016

Amazon / Booknode


Depuis des siècles, de jeunes hommes payent le prix fort dans l’espoir d’intégrer le Temple de Valnon en tant qu’Oiseaux Chanteurs. Tous les douze ans, deux d’entre eux, une Alouette et une Grive, sont apurés afin de préserver leurs voix célestes. Mais rares sont ceux qui parviennent un jour à accéder au rang convoité de Colombe, l’avatar de Saint Alveron lui-même. Depuis la création du Temple il y a environ six cents ans, Willim est seulement la troisième personne à devenir Colombe au prix de son sang. Quasi prisonnier du Temple durant la totalité de son mandat, Willim ne se soucie que d’une chose : remplir sa mission en chantant pour Valnon.

Mais tout bascule le jour où son fidèle garde du corps est assassiné. Willim, quant à lui, est sauvé de justesse par Nicholas Grayson, un mercenaire qui porte avec lui des rumeurs de scandales et des prophéties. Hanté par les fantômes et les cauchemars, trahi par un autre Oiseau Chanteur et poussé à l’exil, Willim s’efforce tant bien que mal de déchiffrer l’histoire enchevêtrée du titre de Colombe, afin de mieux comprendre ses devoirs envers Valnon, et son Saint...




C’est d’abord dans sa VO que j’ai repéré « Les oiseaux chanteurs », les avis étaient relativement unanimes et l’auteure très acclamée. J’ai bien failli le prendre en anglais et puis au dernier moment, dans un sursaut de googlisation, j’ai vu qu’il était sorti en français, alors j’ai foncé dessus.
Je ne regrette absolument pas, c’est un roman unique, à de nombreux points de vue.

Dans « L’héritier des Vêpres », on découvre un texte à la troisième personne, au passé simple et tout particulièrement soutenu. C’est un peu déroutant au début et j’ai eu vaguement l’impression que certaines formules n’étaient pas très naturelles, mais cette impression est rapidement passée et j’ai fini par savourer ce texte et ses richesses.
Du côté de l’histoire, on prend clairement le train en marche, ça a participé au sentiment de malaise que j’ai ressenti au début, en plus du texte soutenu, mais je me suis très vite calée sur le récit et après, c’est devenu… incroyable et merveilleux. Il faut un peu de temps pour rentrer pleinement dans l’histoire, mais ça en vaut la peine, vous pouvez me croire.

On suit de nombreux personnages dans ce roman, mais certains représentent très distinctement le noyau dur de l’histoire.
Il y a d’abord Willim, cette jeune Colombe, la première depuis des siècles, aux traits magnifiques et au caractère bien trempé. Comme les autres oiseaux chanteurs, il a dû faire un certain sacrifice pour pouvoir garder son chant mais la beauté de ce dernier justifie amplement ce sacrifice. J’adore Willim, c’est vraiment un jeune homme très attachant, il se révèle petit à petit et devient un personnage très fort, non dénué d’une petite note d’humour.
Willim vit dans le Temple de Valnon avec deux autres oiseaux chanteurs, Ellis la Grive et Dmitri l’Alouette. Il forme un trio surprenant à qui l’on doit d’excellentes répliques.
On fait aussi la connaissance, dès le premier chapitre, d’un mercenaire dénommé Grayson. Désœuvré, aigri et encore profondément marqué par son passé, ce mercenaire va faire une rencontre percutante avec notre Colombe et cela va indéniablement bouleverser la vie de ces deux êtres, en plus de tous celles et ceux qui les entourent.
J’ai eu plus de mal à appréhender Grayson parce qu’il faut du temps pour apprendre tout ce qui a pu se passer dans sa jeunesse, mais une fois qu’on commence à connaître le personnage dans son intégralité, c’est impossible de ne pas l’apprécier, de ne pas l’aimer.
Il y a véritablement un gros travail fait autour des protagonistes de ce roman, c’est assez incroyable… j’en ai dévoilé quelques-uns mais rassurez-vous, ce n’est qu’un tout petit bout et cela ne nuit pas à la découverte de l’histoire.
Mais franchement, rien qu’avec les personnages, j’étais déjà complètement accro.

Là où j’ai compris que j’étais fichue, c’est quand les différents éléments de l’histoire ont commencé à se mettre en place pour former un fil cohérent.
C’est vraiment un univers surprenant, intrigant et très original. Pour le coup, on aime ou on déteste, mais moi, j’en suis tombée amoureuse. Comme on prend les évènements en cours de route, on passe d’abord par une phase où il faut bien intégrer le passif de chacun, puis on va de révélations en surprises jusqu’à la fin, qui est MAGIQUE ! MERVEILLEUSE ! PARFAITE !
En fait, tout le roman est magique, merveilleux, parfait. Je n’ai rien à redire, c’est presque frustrant.
Il y a un dernier point que j’hésitais à aborder mais dont je vais quand même parler, mais sans trop entrer dans les détails (je l’espère) : c’est la romance. Elle est là, c’est un peu un coup de foudre mais les circonstances sont telles que c’est aussi un amour compliqué voire impossible. Et elle est très douce, étonnamment pudique et sensuelle. Au début, j’étais un peu sceptique, mais elle progresse lentement, avec beaucoup de délicatesse et de justesse et j’en ressors conquise.
À la fin du roman, j’étais émerveillée, sur tous les plans, sans trop savoir comment j’en étais arrivée là, mais j’étais juste… émerveillée.



— Récapitulons : Un univers Fantasy extraordinaire merveilleusement détaillé par une plume riche et soutenue, et mettant en scènes des personnages forts et terriblement attachants, avec en prime une romance douce et magnifique, et à son terme une fin sublime qui met K.-O.
Je crois que j’ai tout dit…

— Mille milliards de mille sabords de tonnerre de Brest !!!! La suite n’est même pas sortie en VO !!!!
Je suis déjà en manque !


Un véritable coup de cœur !
C’est tout bon, copie parfaite, A+ !
J’ai tellement bien résumé dans « Le Positif » que je ne sais plus quoi dire, ah ah !
C’était fabuleux. Je n’en avais pas idée au début, l’histoire se met en place progressivement, mais ça devient très vite addictif et j’ai été subjuguée par la qualité du roman.
Je ne peux que le conseiller, c’est tellement bien et tellement loin des clichés du genre…



(+ 1000)
Une référence selon moi



2 commentaires:

  1. Coucou ! =)
    Malheureusement ça ne me tente pas du tout. Mais je suis contente que tu ais adoré ta lecture :)

    RépondreSupprimer
  2. Cela me tente pas énormément mais je voulais te féliciter 100ème chroniques ;)

    RépondreSupprimer