Dernières critiques





18 décembre 2016

Critique #117 : De chair et d'Ombre — Attrape-moi si tu peux


De chair et d'Ombre

ALEX LETHER

Harlequin, 22 novembre 2013

Amazon / Booknode


La nuit, l’Ombre est le plus grand des voleurs du royaume, mais aussi l’espion du roi. Le jour, il redevient Méthias, courtisan nonchalant dont tous les nobles se méfient. Adamon, le chef de la garde, n’en a aucune idée et continue de traquer l’Ombre sans relâche comme l’ennemi public numéro 1.

Pourtant, sans le savoir, il connaît depuis l’adolescence cet homme qu’il rêve de capturer. Et non seulement il le connaît, mais il en est très proche. Si proche, que ce dernier éprouve pour lui des sentiments qu’il a de plus en plus de mal à dissimuler…




J’avais repéré ce petit roman tout à fait par hasard et je me suis laissée séduire par le résumé, et surtout par l’idée d’avoir un charmant voleur poursuivi par un – encore plus – charmant garde…

Je dois admettre que je me suis plongée très facilement, et très rapidement, dans l’intrigue de ce livre. Le style est assez banal, mais concis et agréable à lire. On suit principalement le point de vue de Méthias, en alternance avec d’autres personnages, à la troisième personne.

Méthias est un jeune noble (de basse extraction), membre de la cour du roi le jour, et espion et redoutable voleur la nuit. Lorsqu’il se trouve avec les autres courtisans, il se comporte comme un avorton de première, exécrable, arrogant et hautain, puis, la nuit venant, il redevient lui-même, un jeune homme fougueux, avide d’aventure, de reconnaissance et de liberté. C’est une personnalité très attachante, dès le début. Méthias est impulsif, courageux et fiable, et s’il tient tant à arpenter les rues de la cité après le crépuscule, c’est que cela lui permet, entre autre, d’accrocher le regard du séduisant jeune chef de la garde…
J’ai nommé : Adamon. Une figure d’autorité ; impassible, fier et intransigeant. C’est l’image de la loi, de l’ordre et des bonnes mœurs. Ce qui jure énormément avec son jeune compère, forcément, rendant Adamon bien moins sympathique d’emblée. Mais, au fur et à mesure que l’on avance dans l’histoire, le chef de la garde, bien que borné, montre un autre visage, plus chaleureux et tolérant. Prévisible mais tout de même agréable.
Les dialogues entre les deux tourtereaux sont exquis, mélanges de remarques acerbes et compliments déguisés sous des couches de mauvaise foi… ça n’en reste pas moins divertissant et même attendrissant.
Les autres protagonistes sont vraiment très… secondaires. Mais j’ai trouvé qu’il y avait pas mal de travail autour de la mère de Méthias. J’ai bien aimé sa personnalité, ses ambitions et son évolution, c’est, de fait, le troisième personnage le plus important avec les deux héros. Les autres sont sympathiques, mais sans plus. Même le « méchant » manque un peu de charisme…

L’univers est intrigant. Les meurtres en série, la lutte des courtisans autour du pouvoir, la reine plongée dans le coma depuis seize ans et cette ambiance de magie noire et de sombres secrets… j’ai trouvé ça intéressant, mais développé de manière assez superficielle. J’ai eu l’impression que le roman était en deux temps, la première partie, avec du suspense, présente l’univers, les personnages et les enjeux, mais la deuxième partie, qui voit le dénouement des intrigues principales et secondaires, est un peu trop bâclée à mon goût. Ça aurait pu être mieux rythmé, d’autant plus que ça vient souligner avec maladresse le revirement très rapide d’Adamon concernant Méthias. Je sens que je vais faire ma chiante, mais tant pis, j’aurais aimé que la romance ne se concrétise pas aussi rapidement, presque sur un coup de tête. Cela étant, elle se concrétise de façon fort agréable… ^^
Sinon, la fin est vraiment bien, très complète. J’ai beaucoup apprécié ce point.



— Deux héros attachants.

— Une jolie romance.

— Une très bonne fin.

— Quelques répliques très amusantes.

— Un univers et une trame qui manque un peu de profondeur.


Je dirais pour conclure que c’était un roman divertissant, un peu léger sur le fond, mais tout de même divertissant. La romance est agréable, les deux héros séduisants, le tout enveloppé dans un univers qui, bien que léger, exacerbe d’autant plus les sentiments de l’un et de l’autre.
C’est réussi, un bon Harlequin. Je serai tentée de le relire une prochaine fois, ne serait-ce que pour certains dialogues…



C'est plaisant, oui.



3 commentaires:

  1. Réponses
    1. Attention, il y a beaucoup de bonnes lectures qui commencent par un : "pourquoi pas"... hihi :-)

      Supprimer
    2. Effectivement :) En même temps à cause (ou grâce?)de toi, ma wish ne cesse de grossir XD Merci :p

      Supprimer