Dernières critiques





10 janvier 2017

Critique #122 : La quête ~ Once upon a time...


La quête
(Chevalier noir #1)

DIANE B. RYLIA

MxM Bookmark, 28 octobre 2016

Amazon / Booknode


Dans la vie de Ciarán, le sorcier, il n’y a eu qu’un homme, un chevalier, dont il ne connaît pas même le nom mais à qui il a pris non seulement une nuit de plaisir mais quelque chose de bien plus précieux. Il pensait ne jamais le revoir, mais, même après dix ans, il n’a pu oublier son visage. Quelle n’est pas sa surprise quand il découvre que le mercenaire que le Roi veut qu’il accompagne pour pourfendre le dragon n’est autre que cet homme. Un homme qui semble avoir tout oublié de lui, un homme violent et brutal mais aussi terriblement attirant.

Schwarz est un homme maudit, excommunié, rejeté par son ordre, il n’a pour lui que son cheval, son épée et son écuyer. Errant de royaume en royaume il loue ses services au plus offrant, ne se sentant vivant et entier que lorsqu’il laisse libre cours à sa rage. Mandé par le roi Adelar pour tuer le dragon, il découvre avec stupeur le sorcier que le roi lui avait adjoint : un homme d’une beauté irréelle mais d’une froideur glaciale. Un homme qui réveille ses instincts les plus violents et lui jette au visage son passé et sa chute.




Malgré quelques petits défauts, ce premier tome est un coup de cœur. Il contient tous les codes de la Fantasy, en y ajoutant au passage sa petite touche personnelle. Comment ne pas craquer ?

J’aime beaucoup la façon dont a été pensé le récit, le texte à la troisième personne et au passé offre une richesse et une profondeur qui colle parfaitement au genre, et j’ai trouvé les petits paragraphes de début de chapitre parfaitement exquis. Si l’on suit d’abord le seul point de vue de Ciarán, on en vient très vite à découvrir également la perspective de Schwarz.

Ciarán est le maître sorcier de la cour du roi Adelar. Sage et éclairé, Adelar fait souvent appel aux capacités du mystérieux, et controversé, maître sorcier. On peut dire que Ciarán est plutôt renfermé, introverti, habitué à côtoyer les ombres plutôt que la lumière. Il est hanté par ses actes passés et son fardeau le pèse tant physiquement que moralement. Malgré son caractère peu sociable, Ciarán est, je trouve, le personnage le plus facile à appréhender.
Naturellement mis en avant, on apprend petit à petit, de manière vraiment très progressive, les éléments flous de son passé, et comment ceux-ci ont changé sa vie, après ça, c’est l’empathie qui s’est chargé du reste et je ne pouvais plus me défaire de ma sympathie envers ce personnage.
Pour Schwarz, ça a été plus compliqué, d’ailleurs, pour tout vous dire, même à la fin du roman, je n’étais toujours pas à l’aise avec lui. C’est un chevalier mercenaire qui apparaît d’abord comme un homme brisé par son passé, ravagé par de sombres pulsions et particulièrement violent.
Schwarz est convoqué par le roi Adelar pour terrasser un dragon qui menace les habitants du royaume et leurs terres. Et dans cette quête, il n’aura d’autre choix que d’accepter la présence de Ciarán, que le roi impose. Schwarz nourrit bien évidemment une certaine haine (et encore, je suis gentille) à l’égard des magiciens, et le manifeste sans égards dès le début du roman. Je me suis dit alors… qu’on n’était pas sorti de l’auberge, si le chevalier censé occire le dragon daignait à peine collaborer avec le magicien…
L’évolution de la relation entre Schwarz et Ciarán n’est pas flagrante, mais on franchit tout de même un cap, autant que possible, je dirais, compte tenu de leur passé euh… respectif.
J’ai bien aimé ce travail autour de nos deux « héros », c’est dur et difficile, certaines choses changent avec beaucoup de subtilité et c’est loin d’être gagné.

La trame principale est plutôt bien fichue, même s’il m’a manqué des éléments contextuels. L’univers est trop peu décrit et l’essentiel du roman concerne surtout cette fameuse chasse au dragon et le background des deux protagonistes principaux. Après, je ne m’en plains pas plus que ça dans la mesure où ce sont deux personnalités très riches que j’ai pris plaisir à découvrir, étape par étape.
J’ai trouvé certains points de l’intrigue un peu vite expédiée, j’en attendais un petit peu plus. Cela dit, le roman est bien rythmé, fluide, agréable à lire et terriblement addictif. Je n’ai pas décroché du livre jusqu’à la fin.
Fin qui propose d’ailleurs un cliffhanger alléchant…



— Ciarán & Schwarz.

— Un roman à l’ambiance très soignée, très réussie.

— Beaucoup de travail dans la plume.

— Un début de romance très intrigant…

— Quelle jolie couverture !

— Manque un peu d’enrobage sur l’univers.


C’est un livre qui m’a énormément plu. Une excellente surprise. Un coup de cœur.
J’ai beau lui reprocher quelques petits défauts, j’ai été totalement conquise par Ciarán et Schwarz, deux personnages qui ont beaucoup à offrir, tant l’un à l’autre qu’envers les lecteurs. Je suis un peu plus sceptique sur l’univers du roman, que j’ai trouvé un peu léger, mais ce n’est que le premier tome et j’attends la suite avec beaucoup d’impatience. Elle sort d’ailleurs dans peu de temps, je pense me jeter dessus… non, je ne pense pas, je sais que je vais me jeter dessus, nuance.

En attendant, je conseille pour tous ceux qui affectionnent les récits MM dans un univers Fantasy.



I ship Ciarán/Schwarz ♥



2 commentaires: