Dernières critiques





18 janvier 2017

Critique #127 : Diversion ~ Deux fortes têtes pour une noble cause


Diversion
(Diversion #1)

EDEN WINTERS

MxM Bookmark, 27 juin 2015

Amazon / Booknode


Les dealers de drogue ne sont pas toujours dans les rues ; parfois ils sont assis derrière des bureaux ou dans des salles de conférence, vendant leur marchandise dans des flacons pharmaceutiques au lieu de petits sachets de cellophane.
Quand on lui donne le choix entre passer huit années de plus en prison ou utiliser son « expertise » pour assister le Service de Contrôle et de Prévention du Détournement du Bureau des Narcotiques du sud-est, le trafiquant de drogue Richmond « Lucky » Lucklighter n'hésite pas et choisit la proposition qui lui laisse une certaine illusion de liberté.
Cynique et peu disposé à admettre qu’il a commencé à se soucier de son travail, il compte les jours avant que sa dette ne soit payée. Le seul obstacle avant de récupérer sa vie est le bleu qu’on l’a chargé de former avant de partir ; un bleu qui cite les textes pharmacologiques, n’a pas encore fait ses preuves, et a la tendance – détestable – à voir le bon en chacun… y compris chez la cible de leur enquête.
Avec eux, les méchants n’ont pas la moindre chance… enfin si Lucky et Bo ne s’étranglent pas d’abord…




Dans la lignée de la série Ty & Zane de Madeleine Urban et Abigail Roux (Il va falloir que j’en écrive les critiques…), j’ai voulu m’intéresser à d’autres romans MM avec un univers plutôt policier, et je suis rapidement tombée, au cours de mes recherches, sur Diversion, d’Eden Winters. Le résumé m’attirait beaucoup, et les critiques étaient vraiment bonnes, c’est ce qui m’a poussée à investir. Et je ne regrette pas, c’est excellent.

La plume en soi n’a rien d’extraordinaire, le style est assez simpliste, très « parlé » mais dynamique, et bien que le texte soit à la troisième personne, au passé, on suit le point de vue de Lucky. Et le style colle justement à la personnalité singulière de ce héros.

Ah… Lucky. Je l’ai adoré à la minute même où je l’ai rencontré. En même temps, les Bad Boys et moi…
Lucky est un ancien délinquant, avec un passé assez chargé, qui, suite à un douloureux procès, s’est vu offrir une chance de bosser pour le SBN et de racheter ses actes, plutôt que de faire un long séjour en prison. C’est un homme franc, aguicheur, toujours un jeu de mot sous la main, assez cynique et aussi un peu arrogant. Pour autant, on comprend tout de suite que ce n’est qu’une façade et on prend alors plaisir à suivre ses mésaventures et la façon dont il réagit réellement derrière ses bourrades et son attitude toujours décontractée. Lucky arrive, mine de rien, au bout de sa peine, au bout d’un long chemin et doit, avant de redevenir un citoyen lambda, former une recrue pour le remplacer.
Et c’est là que Bo entre en scène. Bo va très vite devenir la bête noire de Lucky. C’est un ancien marine, diplômé en pharmacie, droit dans ses bottes, définitivement marqué par ses missions en Afghanistan. Quand Bo parle d’ordres et de protocole, Lucky parle d’instinct et d’opportunité. Honnêtement, plus c’est mal barré, plus c’est jouissif à lire.
Bo & Lucky forme un duo tout à fait détonnant, irrésistible, qui fonctionne à merveille sur le papier. Bo s’arracherait volontiers les cheveux en voyant le régime alimentaire douteux de Lucky et ce dernier n’a qu’une envie, c’est de froisser le joli costume strict de l’ancien marine…
Que de bons moments en perspective !
La romance se présente tout naturellement mais aussi difficilement. C’est très progressif, assez réaliste aussi, même si certains passages relèvent tout de même plus du fantasme (hum, hum) que d’autre chose… M’enfin, ça reste exquis…
J’ai même pas envie de parler des autres personnages, c’est grave ?
Pour faire court, y a des amis, des alliés, des méchants et des opportunistes, et pas toujours ceux auxquels on pense. On secoue le tout et on les jette sur la route de nos deux tourtereaux, puis on savoure le résultat. Voilà.

Du point de vue de l’enquête, j’ai été très agréablement surprise de voir à quel point le sujet avait été potassé. Le contexte pharmaceutique est détaillé et renseigné, qui plus est, c’est globalement inspiré de ce qui peut se passer, pour de vrai, aux États-Unis et je trouve que ça ajoute un cachet indéniable au roman. Là, niveau réalisme, on pourrait difficilement faire mieux.
Le livre est bien rythmé, aucun temps mort, avec un bon équilibre entre les moments Bo/Lucky et les moments réservés à l’enquête. Il y a aussi beaucoup d’humour et j’ai eu quelques éclats de rire, notamment avec le fameux « T-Rex »…
Bon, j’admets que ça manque un peu de suspense, mais ça ne m’a pas gênée plus que ça, il y a tellement de choses à lire et à apprendre que ce n’est vraiment pas flagrant.
La fin réserve quelques très bonnes surprises et n’a fait que renforcer mon très bon sentiment autour des deux héros et de l’univers.



— Ah, voilà, c’est encore un livre « tout », comme dans « tout est bon dans ce livre ». L’univers, l’intrigue, les personnages, la romance, l’humour !
Et il y a un également un effort sur la couverture, je la trouve sobre et soignée, elle colle parfaitement au roman.


Eh bien, je vais rejoindre les nombreux avis élogieux sur ce livre, puisque c’est finalement un coup de cœur. Je me suis plongée très vite dans le roman et je l’ai dévoré en une journée. Je trouve les personnages très travaillés, de même que l’univers et la trame principale. Je vais assurément m’intéresser aux autres tomes et je suis contente d’avoir encore découvert une auteure à suivre.

Je recommande pour les amateurs de romans MM, dans le genre Policier/Suspense.



Une exquise addiction…



1 commentaire: