Dernières critiques





22 janvier 2017

Critique #130 : Water's Wrath ~ Trop de mélodrame tue le mélodrame


Water's Wrath
(Air Awakens #4)

ELISE KOVA

Silver Wing Press, 24 avril 2016
Uniquement disponible en anglais

Amazon / Booknode


Librarian turned sorcerer. Sorcerer turned hero. Hero turned puppet.

The Solaris Empire found victory in the North and, at the cost of her heart and her innocence, Vhalla Yarl has earned her freedom. But the true fight is only beginning as the secret forces that have been lurking in the shadows, tugging at the strings of Vhalla's fate, finally come to light. Nowhere is safe, and Vhalla must tread carefully or else she'll fall into the waiting arms of her greatest foe. Or former lover.




L’avant dernier tome, les choses se précisent.
J’avais adoré le troisième roman mais la fin était si tordue que j’avais vraiment très peur pour la suite, et j’avais raison. Même si j’aime ce quatrième tome, là, je trouve que l’auteure en a trop fait.

Attention : Comme pour toutes les critiques de suite, les paragraphes qui suivent peuvent comporter des spoilers, uniquement pour les personnes n'ayant pas lu le tome précédent. Pour les autres, pas de panique, je n'ai rien mis de compromettant.

Le roman commence doucement, et même si c’est intéressant, c’est tellement calme que ça jure assez avec le tome précèdent.

Dans ce nouvel opus, il est bien moins question des pouvoirs de Vhalla que de sa position officielle finalement, et je regrette un peu ce choix. On commence tout doucement à s’éloigner de la signification du titre de la série.
Vhalla est vraiment une héroïne que j’adore, mais plus on avance et plus elle fait des choix stupides. Si je n’ai pas souligné ça avant, parce que le contexte collait, ici, je trouve que Vhalla fait de très grosses bourdes, qui n’ont pas forcément de cohérence avec les épreuves qu’elle a traversées jusque-là. La naïveté, ça va deux minutes, quand on a fait la guerre, côtoyé les plus grandes « têtes couronnées » et développé un don tellement rare qu’on devient une sorte de légende vivante, on ne se comporte pas comme une gamine écervelée ! Zut !
Aldrick n’est pas très présent mais j’ai beaucoup apprécié son évolution. Je trouve ça très crédible, très naturel. C’est vrai qu’il n’a pas la même expérience que Vhalla, mais il ne cède pas à la facilité et se montre digne de la couronne qu’il va très bientôt porter.
Si vous avez eu la curiosité d’aller lire mes réponses aux questions de Naïs (du blog Lovely Books), vous connaissez les deux choses que je ne supporte plus dans les romans, et l’une d’elle est survenue dans celui-ci.
Et ça m’a mise dans une rage folle… J’étais dégoûtée. Ce n’était pas bien, pas crédible, pas pertinent. Pas bien. C’est tout. Pas quand on s’attache autant au personnage…
Je ne vais pas m’attarder davantage, je pense que vous avez saisi mon point de vue, mais je n’approuve pas et je ne vois vraiment pas ce que ça change.
Et sinon, il y a deux personnages importants qui font leur entrée, ils ont l’air très intéressant mais ne sont pas assez présents, c’est dommage !

Heureusement, l’intrigue remonte un peu le niveau.
Il se passe encore beaucoup de choses dans ce livre, même si comme je l’ai dit plus haut, il prend son temps pour démarrer. C’est un tome important qui dévoile le grand méchant de l’histoire. Le vrai grand méchant de l’histoire. Je ne m’en étais pas rendu compte mais : il était temps !
Il y a quelques temps morts, qui alourdissent certains passages que j’ai trouvés plutôt médiocres, mais dans l’ensemble, ça reste très fluide et bien construit.
La fin est très bonne aussi, compte tenu de tout ce qui s’est passé avant, j’étais dubitative, mais il faut bien admettre que cette fin est soignée avec un cliffhanger plein de promesses.



— Une intrigue un peu mieux construite que précédemment avec l’apparition du « méchant » de l’histoire.

— Aldrick. Il n’est pas présent tout au long du roman, mais fait admirablement bien le job !

— Une bonne fin qui augure un ultime combat mémorable.

— À mes yeux, de très mauvais choix concernant certains personnages.

— Des idées populaires dans le genre, mais mal exploitées.


J’ai été quand même très surprise du contenu de ce roman au final, il m’a presque donnée l’impression que les trois précédents tomes ne servaient à rien, si ce n’est à introduire les grands personnages de cette histoire et les pouvoirs de Vhalla, qu’elle n’utilise d’ailleurs pas beaucoup ici... mais ça fait quand même un peu long à attendre.
J’ai été très déçue de voir le sort que l’auteure avait réservé à l’un des personnages et je cherche encore, à l’heure qu’il est, l’intérêt de ce choix. Qui plus est, Elise Kova surfe sur des idées qui sont très populaires dans la littérature YA mais j’ai eu l’impression qu’elle s’était contentée de les jeter dans son roman et basta. Et ça, ce n’est vraiment pas terrible.

Je vais lire le dernier tome, parce que je suis vraiment très curieuse de voir comment l’auteure va conclure son histoire même si ça reste prévisible, mais je suis dubitative, à la lumière de ce quatrième opus, quant à la façon dont a été pensée toute la série…



Quelques mauvais choix qui gâchent l’ensemble



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire