Dernières critiques





16 mars 2017

Critique #152 : Alone ~ Omeyocan, l'horrible vérité : à l'origine de tous les conflits


Alone
(The Generations #3)

SCOTT SIGLER

Del Rey, 7 mars 2017
Sortie française prochainement...
Lu en VO

Amazon / Goodreads


“We thought this place was our destiny—not our doom.”

Pawns in a millennia-old struggle, the young people known only as the Birthday Children were genetically engineered to survive on the planet Omeyocan—but they were never meant to live there. They were made to be “overwritten,” their minds wiped and replaced by the consciousnesses of the monsters who created them.

Em changed all of that.

She unified her people and led a revolt against their creators. Em and her friends escaped an ancient ghost ship and fled to Omeyocan. They thought they would find an uninhabited paradise. Instead, they found the ruins of a massive city long since swallowed by the jungle. And they weren’t alone. The Birthday Children fought for survival against the elements, jungle wildlife, the “Grownups” who created them... and, as evil corrupted their numbers, even against themselves.

With these opponents finally defeated, Em and her people realized that more threats were coming, traveling from across the universe to lay claim to their planet. The Birthday Children have prepared as best they can against this alien armada. Now, as the first ships reach orbit around Omeyocan, the final battle for the planet begins.




Encore une critique bien difficile à écrire...
Plusieurs essais, et plusieurs ratés.
Il se passe tellement de choses dans ce roman que j'ai peur de divulguer le moindre indice qui pourrait gâcher la surprise.
Vous l'aurez compris, ce ne sera pas tout à fait une critique comme les autres. Mais rassurez-vous, je suis restée vraiment très vague.



J'avais beaucoup d'attentes en ouvrant ce livre, l'histoire me plaisait énormément et les personnages étaient si charismatiques... que j'ai tout de suite eu le coup de cœur pour le premier tome et comme bien d'autres lecteurs, je suis passée de surprise en surprise, jusqu'à la fin du tome 2 qui promettait un dénouement épique.

J'ai été très étonnée de l'évolution des personnages, elle m'a naturellement amenée à me poser pas mal de questions dans la premier partie, et certains aspects précis m'ont quelque peu titillée. Le dernier acte de cette intrigue complexe se construit sous nos yeux, et c'est une torture... indescriptible.
Les questions sont très nombreuses au début, puis au fur et à mesure les éléments s'emboîtent, et le lecteur est mis devant l'évidence, une évidence à vous glacer le sang.
C'est très très bien fait. Ça ne devrait pas être permis de torturer le lecteur comme ça... mais voilà, Scott Sigler prend un malin plaisir à jouer avec nos émotions, pour mieux nous surprendre par la suite, et croyez-moi, ça vaut le détour. Ça vaut l'attente, ça vaut l'angoisse...

L'auteur est allé sans nulle doute au bout de son idée de départ dans ce final mémorable. Le rythme haletant ne nous laisse aucun repos et pour ma part, j'ai été incapable de refermer ce bouquin avant de l'avoir fini. (Et tant pis pour le teint frais du matin parce que j'ai passé la nuit à lire !)
Il y a énormément de suspense et de rebondissements, à tel point qu'il est impossible de deviner la fin avant d'y être brutalement confronté. Je vous jure, le dernier quart du roman, j'avais peur de tourner les pages.
Beaucoup d'émotions. On en ressort pas indemne, et tout le reste paraît bien fade tout à coup...



Et je préfère m'arrêter là, même si c'est très vague. C'est un livre qui mise beaucoup sur l'effet de surprise, alors ce serait vraiment dommage de gâcher ça.

Cette trilogie est un petit bijou de science-fiction qui n'aurait presque rien à faire dans le rayon 'Young Adult'. Presque. Tellement elle s'éloigne des codes du genre pour proposer quelque chose d'original, de dense et de complet.
C'était vraiment excellent, et je pense pouvoir dire sans me tromper que, si vous avez aimé les deux premiers tomes, alors cette fin vous comblera plus encore, et vous donnera l'impression que tout ce que vous pouvez lire à côté est sans intérêt. Sans saveur. Parce que moi, c'est l'impression que ça me fait.

Je ne vous cache pas que j'étais mélancolique en refermant ce livre, mais avec un grand sourire...



Magnifique...



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire