Dernières critiques





9 avril 2017

Critique #165 : Ces liens qui nous unissent ~ First shoot, ask questions later


Ces liens qui nous unissent
(Marshals #1)

MARY CALMES

MxM Bookmark, 26 juillet 2017
Lu en VO

Amazon / Booknode


L’US Marshal adjoint Miro Jones a la réputation d’être calme et serein sous la pression. Ce qui lui est particulièrement utile avec son partenaire, Ian Doyle, capable de commencer un combat dans une pièce vide. Au cours des trois dernières années, ils sont passés d’étrangers à collègues, de coéquipiers dévoués et meilleurs amis. Miro a développé une foi aveugle en l’homme qui le couvre... sa foi et quelque chose de plus.
Comme marshal et soldat, il est attendu de Ian qu’il dirige. Mais le pouvoir et le contrôle qui apportent à Ian succès et accomplissement dans son travail ne fonctionnent nulle part ailleurs. Ian a résisté à toutes sortes de chaînes, mais ne pas avoir de foyer — et personne à retrouver le soir — est en train de le dévorer lentement de l’intérieur. Au fil du temps, Ian a fini par accepter l'idée qu'il ne peut pas vivre sans son partenaire.
Miro doit maintenant le convaincre que se laisser porter par leurs sentiments ne revient pas à s’enchaîner.




Toujours en mode : Je farfouille dans la PAL (ou la Wish-list, j'ai arrêté d'essayer de me rappeler ^^) de Charlie Cochet, j'ai déniché ce roman MM sur le thème des US Marshals. Je suis complètement tombée sous le charme des personnages, mais je regrette toutefois que l'histoire derrière ne soit pas plus élaborée.

Un texte à la première personne, au passé. Un style fluide et bourré d'humour, du point de vue de Miro, le comique du duo. Un style qui repose d'ailleurs essentiellement sur des dialogues acerbes et quelques scènes cultes.
Il ne m'en fallait pas plus pour craquer.

Miro Jones est terrrrrrrrriblement attachant. Comme je l'ai dit, c'est un vrai comique. Toujours une petite blague pour détendre l'atmosphère ou briser la glace. C'est l'atout charme de ce duo de Marshals qui surprend.
Mais Miro, c'est aussi une collection impressionnante de chaussures de luxe (pas dans le sens féminisant), une âme de diplomate et une modestie parfois exaspérante. Un joli mélange pour une personnalité extravertie à souhait et très amusante.
Au grand désespoir de son coéquipier : Ian Doyle.
Ian aussi est très drôle, mais à son insu. C'est un ancien Béret vert, réserviste, qui fait équipe depuis trois longues années avec Miro. Si les deux s'entendent formidablement bien aujourd'hui, ça n'a pas toujours été le cas. Car Ian est un fonceur, un physique d'athlète qui bastonne d'abord et pose les questions plus tard... ou alors il laisse ce dernier point pour Miro. J'aime bien Ian dans la mesure où il est assez brut de décoffrage. Il dit ce qui lui passe par la tête au moment où ça lui passe par la tête, sans s'embarrasser des conventions sociales. Il est aussi plus grognon et réservé que Miro, et étrangement plus naïf, mais l'alliance de ces deux fortes têtes est tout simplement géniale.
Tout comme la romance.
Miro entretient des sentiments équivoques pour son partenaire depuis un bon moment, toute sa vie tourne autour de Ian, parce qu'ils sont de très bons amis. Ce dernier s'embourbe dans une relation avec une femme que Miro tente, tant bien que mal, d'apprécier, pour éviter de nuire à la profonde amitié qui le lie à Ian. Alors que celui-ci se demande pourquoi les relations qu'il a avec des femmes ne fonctionnent pas...
Bref, ça s'annonce compliqué, mais drôle, ça ne perd jamais de son peps et ce n'est pas trop pimenté. J'adore.

En revanche, du point de vue de l'histoire, c'est tout de suite moins fantastique.
L'intrigue de ce premier tome est parsemée de petites missions, à droite et à gauche. Ponctuées d'action, certes, mais Ian est absent une partie du temps, en mission secrète pour l'armée on ne sait où. La première moitié ne suit pas réellement de ligne conductrice, mais la deuxième partie du roman est plus scriptée, plus facile à suivre. Les passages avec les collègues sont amusants, mais on n'a pas vraiment l'occasion de les appréhender comme il se doit. La mission qui va occuper notre duo sur le dernier gros tiers du livre est plutôt réussie pour le coup, et bien rythmée.
Au final, ça reste tout de même une intrigue un peu légère, où la romance prend largement le dessus. Si la thématique US Marshals avaient été un peu mieux exploitée, ça aurait été, à mon sens, vraiment parfait sur tous les plans.



— Miro & Ian.

— La narration, les dialogues, l'humour...

— Le développement de la romance.

— L'histoire en fond est trop légère.


J'ai apprécié cette lecture pour ces personnages, et finalement assez peu pour son histoire. Je reconnais qu'il y a du travail derrière, pour proposer un univers cohérent, mais il n'est pas assez exploité à mon goût, alors que la romance prend véritablement le dessus après une bonne moitié.
Ceci dit, elle est très addictive...

Un dernier mot pour l'anglais, selon moi, un niveau intermédiaire est amplement suffisant pour profiter du roman.



Deux amours de Marshals



1 commentaire: