Dernières critiques





24 avril 2017

Critique #172 : Dragonhaven ~ Il y a un avant et un après


Dragonhaven

ROBIN McKINLEY

Pocket, 9 juin 2016

Amazon / Booknode


Le parc naturel de Smokehill est le refuge des derniers représentants des légendaires dragons. C’est aussi là que vit Jake, le fils du directeur. À 15 ans, l’heure est venue pour lui de partir seul en excursion. Un rite de passage qui va se transformer en aventure initiatique. Lui qui vient de perdre, coup sur coup, sa mère et son chien, découvre une dragonne abattue par un braconnier. Et auprès d’elle, un dragonnet. Jake, malgré l’interdiction d’interférer avec l’espèce menacée, décide de le sauver.

Mais le lien hors normes qui s’établit entre la créature et le garçon sera bientôt une menace pour toute la réserve…




J’ai pas mal de retard dans mes critiques, mais je ne pouvais pas attendre pour vous parler de ce roman, tant il est excellent. Je l’ai découvert tout à fait par hasard, après une discussion autour des autres titres de cet auteur, et j’ai eu une très grosse surprise. Ça m’a bouleversée, c’était magnifique…

En raison de la forme un peu singulière du récit (: le héros nous livre son témoignage), le texte est un mélange de passé et de présent, à la première personne, avec une plume très riche, tout en cohérence avec la personnalité de Jake et les thèmes abordés. En revanche, que de coquilles ! Je ne sais pas si c’est propre à l’édition que j’ai, mais ce n’est vraiment pas reposant. Et j’ai trouvé certaines formules peu naturelles en français, j’irais bien voir du côté de la VO pour me faire un meilleur avis sur ce point.

Jake est un héros au premier abord plutôt banal.
Au début de son récit, il est âgé de 14 ans, presque 15. Il a perdu sa mère depuis quelque temps, mais ni lui, ni son scientifique de père, ne semblent être sortis de leur état de choc. Puis, il a perdu son chien. Pas si anodin pour un jeune adolescent qui vit dans une réserve naturelle (qui héberge quelques spécimens de dragons, entre autres), isolée de la vie citadine et des expériences habituelles que vivent les adolescents. Alors Jake se plonge dans un monde virtuel, merci internet, et se renferme petit à petit, s'abrutissant dans les tâches qu’on lui confie au zoo de la réserve. Puis son père, le chef du complexe, lui accorde la permission de partir en randonnée dans le parc, qui est immense. Une étape initiatique pour les jeunes de la réserve en somme. Mais la randonnée, d’abord salvatrice pour l’état d’esprit du jeune homme, va prendre une toute autre tournure lorsqu’il découvre un bébé dragon agonisant, tout juste sorti du ventre de sa mère, abattue par un braconnier dans l’enceinte même du site. Se pose alors beaucoup de questions autour de la sécurité des dragons, de celle des habitants… mais pour Jake, la seule qui compte sur le moment c’est : que faire de ce bébé dragon ?
On se rend très vite compte, au début du livre, que Jake est complètement paumé, déphasé. Et sa réaction face au évènements va, pendant un certain temps, tourner autour de cet état d’esprit. Il y a énormément de soin dans le texte, pour décrire jusqu’au plus subtil changement de mentalité du héros, alors qu’il traverse des étapes douloureuses, et qu’il s’accroche tant bien que mal. Je ne peux pas en dire beaucoup plus, ce serait un peu trop en dévoiler, mais le roman couvre une très large période, et j’ai pris un immense plaisir à voir Jake mûrir.

J’en ai parlé au début, ce livre est un témoignage, que Jake se doit de rédiger pour raconter les aventures qu’il a vécues. Ce format se prête formidablement bien à l’histoire, il la sublime, lui donne le côté intimiste d'un journal, qui vous agrippe et ne vous lâche pas, même après l’épilogue. J’ai eu véritablement l’impression de vivre ce qu’avait vécu Jake, j’étais là pour tous ses grands moments, jusqu’aux toutes dernières lignes où j’ai d’ailleurs eu bien du mal à prendre sur moi pour refermer le bouquin.
Je trouve que les thèmes sont traités avec beaucoup de justesse. Jake étant d’un naturel observateur et scientifique, il aime analyser, faire des hypothèses et les tester. Mais l’expérience qu’il vit est profondément humaine, et va forger le caractère de notre héros, c’était important que ces deux plans soient parfaitement équilibrés. En l’occurrence, c’est réussi, sur tous les points.
La fin m’a arraché des larmes de bonheur…



— Tout le roman, tout ce qui le compose, de la plume à l’histoire en passant par les personnages…


Je suis tellement contente d’avoir pu lire ce roman !
Ce n’est pas tant une histoire sur les dragons que sur les humains, mais elle traite les deux avec la même exactitude. J’ai été chamboulée par ce petit livre, qui propose un récit initiatique réfléchi et très beau. Je l’ai dévoré en peu de temps et Je le recommande vivement !
C’est original et merveilleusement bien écrit.

Par contre, et ce sera ma seule mise en garde parce que j’ai vu la critique revenir plus d’une fois, si vous associez systématiquement le mot “dragon” avec les notions d’aventure et d’épopée trépidantes, passez votre chemin. Ce n’est pas le sujet ici. Oh, il se passe beaucoup de choses, c’est certain, mais on n’est pas dans un roman d’aventures classique.



Une petite dragonnesque



2 commentaires:

  1. Ca fait un an qu'il est dans ma PAL, et malgré ma grosse envie de le lire, je ne m'y suis toujours pas mise... Heeelp, trop de livres à lire :P !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil ici mais avec d'autres titres... ma PAL déborde, trop de tentations !
      M'enfin, j'espère que tu trouveras du temps pour celui-là ! ;-)

      Supprimer